Expatriation d’une famille parisienne au Canada

Dernière mise à jour : 26 oct.

Nous voulions changer d’air. Nous habitions un petit appartement à Paris 15ème avec deux charmantes petites filles de 1 et 3 ans.

Photo prise au bord du lac Ontario à Toronto de mot TORONTO avec coeur écrit avec des branches d'arbre
Art fait de branches d'arbre sur le bord du lac Ontario à Toronto

Lorsque l’entreprise de mon mari lui a parlé du Canada ses yeux ont commencé à briller. Pour celles et ceux qui me connaissent, ce n’était pas exactement le pays rêvé pour moi, amatrice de plage et chaleur.

Ensuite tout va très vite. En 6 mois, son visa de travail en poche, mon mari part devant pour nous trouver un logement. Il avait demandé à son entreprise un budget supplémentaire afin d’être accompagné à son arrivé pour les démarches administratives et la recherche de logement. Tout est alors bien organisé et moins stressant. Il visite 12 maisons en quelques jours et finit par trouver ce qui ressemble le plus à ce que nous cherchions. 1 mois plus tard, j’arrivais avec nos deux petites, nos 6 valises et la poussette sur le quartier assez central de Yonge et Eglinton.

Au premier regard, je n’aime pas trop Toronto. C’est une ville nord-américaine, les maisons ne sont pas charmantes. Il faut dire que je suis arrivée en Avril et qu’à cette époque la ville n’est certainement pas la plus jolie. Les arbres n’ont pas de feuilles, il fait frais et tout le monde attend impatiemment le printemps.

De plus, je passe des heures dans les supermarchés pour remplir mon caddie. Savez-vous pourquoi le riz se trouve dans deux rayons différents ? Pourquoi le fromage est parfois à l’entrée et la sortie du magasin ? Pourquoi la nourriture pour animaux domestiques à côté du nettoyant pour toilette ?😁 Je ne comprenais pas le concept de Shoppers Drugmart, et je ne comprends toujours pas après 4 ans et demi !!

Je pensais arriver, trouver un emploi et mettre ma fille en crèche comme à Paris. Je n’ai pas de job, la crèche coûte environ 2000$ et notre ainée au Lycée Français de Toronto (LFT) à l’époque, finit l’école à 15h. Mon mari voyage beaucoup. Je dois alors me faire une raison et attendre quelques mois pour démarrer une activité professionnelle. J’organise alors mes journées entre déposer et aller chercher mon aînée, les siestes de la petite, faire les courses et organiser les repas. Pas vraiment la vie dont j’avais rêvé.

Tirer avantage de tout cela, trouver le côté positif

Je m’inscris au programme Parent/Bambin du Centre Francophone. Je rencontre plein de mamans. Certaines sont installées ici depuis des années, d’autres comme moi, sont là depuis quelques mois. On échange des conseils, j’apprends les chansons enfantines canadiennes. Olivia, l’animatrice, m’aide beaucoup à ralentir la cadence, à me déculpabiliser de ne pas travailler, et à profiter de ce temps qui m’est donné pour passer plus de temps avec ma fille. Au Canada, le congé maternité est de 1 an alors qu’en France il est de 2 mois et demi après l’accouchement. Prendre son temps s’apprend, et c’est tout simplement divin quand on y parvient.

Le Centre Francophone m’a permis de me faire des amies et de découvrir pleinement Toronto car les programmes se déroulent dans différentes partie de la ville. Grâce à tout cela, j’ai commencé à apprécier chaque moment passé ici.

Ce qui m’a également beaucoup aidé ce sont mes enfants. Il faut l’avouer, le parc est un excellent endroit pour se faire des connaissances ainsi que l’école pourvu que l’on y croise les parents et pas les nourrices.

Point très positif à Toronto, la diversité. Toronto est une ville cosmopolite, 2/3 des habitants sont immigrants. On entend parler toutes les langues dans la rue.

En moins de 6 mois, nous avions déjà quelques amis avec qui partager un bon diner ou une après-midi de jeux avec les enfants. Nos amis sont Canadiens, Québécois, Suisse, Français et Brésiliens.

Je suis allée de surprise en surprise dans cette ville, et je l’adore maintenant. Toronto est une ville superbe, à sa façon. C’est une ville dans la forêt, une ville familiale. Chaque quartier a une âme différente, a son charme. Côté découverte, j’ai été épaté par la diversité des lieux et des activités à faire en famille.

Connaissez-vous Brickworks ? Distillerie District ? Les Ravins de Toronto ? Lake front ? The Beaches ? Et à 35 mn de Toronto, Kortright Conservation Area ? Il m’est impossible de donner tous les endroits que j’aime à Toronto et dans ces alentours, il y en a beaucoup.

Mon expérience ici est loin d’être terminée, cela fait 4 ans et demi et nous n’avons pas de date de retour prévue. Finalement, ma première impression n’était pas la bonne 😉

Un conseil pour celles et ceux qui planifient actuellement leur déménagement, faites-vous aider par un conseiller en relocation. Cela vous fera gagner du temps, vous enlèvera du stress et vous permettra d’apprécier plus rapidement votre nouvel environnement.

Et vous comment se passe ou s’est passé votre arrivée à Toronto ?


Simple Relocate vous accompagne à chaque étape de votre installation à Toronto, prenez rendez-vous dès aujourd'hui pour une consultation gratuite de 30 minutes.

179 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout